Le samedi dont vous êtes le héros

1. C’est le samedi matin : vous avez enfin du temps pour dormir mais c’est précisément pour cette raison que vous vous levez tôt, avant même que votre réveil ne sonne. L’œil pâteux et la bouche vitreuse, vous regagnez la cuisine d’un pas hagard. Si vous décidez de vous faire du thé, allez au paragraphe 13. Si vous êtes plutôt café, allez au 7.

2. Une gorgée de thé et vous poursuivez votre lecture quand votre téléphone portable se met à vibrer : Appel masqué… Zorro ? Un samedi matin ? Alors que vous ne vous souvenez pas de lui avoir donné votre numéro, ni à lui, ni à Don Diego de la Vega, ni même à Bernardo ? On ne vous la fait pas, et pourtant, vous vous demandez tout de même qui peut bien vous appeler de si bon matin. Si vous ignorez l’appel, rendez-vous au paragraphe 15. Si vous décrochez votre téléphone, direction le 11.

3. C’est votre mère : « Allo, Poussin ? Tu as lu mes e-mails ? » Non, vous n’avez pas vu qu’elle vous avait envoyé des e-mails. « Ah, mais c’est pas grave… C’était juste pour te dire d’aller voir au paragraphe 18 ».

4. L’édito se poursuit avec deux monstres énormes aux yeux jaunes : des enceintes de monitoring KRK trois voies à seulement 500 € l’unité. Si vous voulez vraiment avoir les plus grosses, cliquez ici pour lire leur banc d’essai d’abord, ou poursuivez l’édito au paragraphe 12.

5. Au milieu des SPAMs vous attendent trois messages non lus : un de votre mère, la newsletter d’AudioFanzine, et un autre de votre mère. Vous cliquez sur la newsletter quand, tout à coup, on frappe à la porte. Si vous décidez d’ouvrir, rendez-vous au paragraphe 14. Si vous préférez faire le mort, lisez le paragraphe 17.

6. Avec un fort accent d’un pays où les salaires sont moins chers malgré son nom franco-français, Alice Legrand vous réclame un RIB, des tas d’informations et vous demande si vous voulez l’option MMS Visio Plus à 3,90 € par mois pour deux ans d’engagement. Vous revient alors en tête le prospectus du boyscout, de sorte que vous abandonnez l’idée de vos inscrire pour partir en Allemagne avec l’argent économisé. Alice est déçute mais reste polite. Et vous de reprendre la lecture de l’édito au paragraphe 4.

7. Vous placez votre capsule dans la machine Nespresso, mais malgré vos pressions répétées sur le bouton grande tasse qui réveille, l’eau refuse de s’écouler. Si agaçante qu’elle soit, la chose ne vous étonne pas plus que ça vu que votre cafetière hoquette depuis trois bonnes semaines et que vous vous dites chaque matin « ce soir, faut que je détartre la cafetière ». What else ? Du thé. Rendez-vous au paragraphe 13.

8. Qui c’est ? C’est moi, répond le boyscout… Après vous être demandé un temps pourquoi ce gamin n’était pas, comme tout scout qui se respecte, en train de monter sa tente en chantant des chansons d’Hugues Aufray dans je ne sais quelle forêt loin de votre palier, vous vous décidez à lui ouvrir au paragraphe 18.

9. Vous revenez à votre ordinateur pour lire ce fichu édito en buvant votre thé trop infusé. Compliqué cet édito, mais à force de persévérance, vous parvenez à une première bonne nouvelle : le miniBrute d’Arturia, le petit synthé analogique qui a fait sensation au dernier NAMM est enfin en test sur AudioFanzine, avec exemples audio à la pelle et interview exclusive du concepteur. Si vous choisissez de lire cet article, cliquez sur ce lien, ou bien rendez-vous au paragraphe 2.

10. Ultime test de la semaine, celui des Modern Player Marauder et Jaguar proposées par Fender sous la barre des 500 €. Vous vous dites que ça peut valoir le coup d’œil quand, au même moment, votre téléphone sonne, on frappe à la porte et un ‘ding’ vous avertir de l’arrivée d’un nouvel e-mail. Si vous choisissez de lire l’e-mail, rendez-vous au paragraphe 16. Si vous décrochez le téléphone, lisez le paragraphe 3. Si vous voulez tenter la porte, elle s’ouvre au paragraphe 8.

11. Après avoir cherché en vain le paragraphe 15 et avoir conclu à une erreur grossière de l’éditorialiste, après avoir relu le paragraphe 2 pour trouver la référence du paragraphe 11, vous décrochez finalement le téléphone. C’est Alice Legrand, conseillère chez SFR qui vous propose une offre exclusive de forfait tout illimité à seulement 56 € par mois. L’espace d’une seconde, vous pensez à une blague mais Alice semble très sérieuse. Si vous acceptez son offre, rendez-vous au paragraphe 6. Sinon, au nom de toute l’équipe de SFR, je vous souhaite une très agréable journée et vous invite à aller sur notre site pour plus d’information ou du côté du paragraphe 4 pour continuer cet édito.

12. James Cameron l’aura prouvé : quand le Titanic coule, le cinéma se noie mais Hollywood brasse. Or, Hollywood Brass, c’est justement le troisième banc d’essai cette semaine : de quoi redonner du souffle à vos compositions.  Si vous parvenez à écouter une BO complète de John Williams sans vous ennuyer, cliquez ici. Si vous êtes plus branché guitare, c’est au paragraphe 10 que ça se passe.

13. Tandis que l’eau chauffe, vous retrouvez la boîte où vous rangez les infusions : au milieu des verveines et des tilleul-menthes, vous dénichez un modeste Lipton Yellow qui devrait faire l’affaire. De quand date-t-il ? Le thé se périme-t-il ? Votre esprit brumeux entrevoit ces questions tandis que vous versez l’eau trop vivement dans la tasse et que la petite languette de papier Lipton tombe dedans. Vous effectuez le sauvetage à la petite cuillère et regagnez votre ordinateur pour vérifier vos e-mails au paragraphe 5.

14. Une robe de chambre sur les épaules, vous ouvrez la porte sur un boyscout qui vous tend une brochure en vous disant que c’est important, parce que la musique, c’est important. Ah bon, que vous dites en refermant la porte. Sur la brochure, un gros titre rouge : « Partez au Musikmesse de Francfort avec 45 AFiens pour 161 € ». Transport en car, deux nuits en hôtel 4 étoiles : ça semble très intéressant. Si vous décidez de partir en Allemagne, cliquez sur ce lien. Sinon, rendez-vous au paragraphe 9.

16. C’est votre mère : « Mon poussin, va voir au paragraphe 18 »

17. Vous restez immobile pour faire le moins de bruit possible mais voilà que votre réveil se met à sonner. Pris de panique, vous vous ruez vers la chambre avec la grâce d’un éléphant et, comme les coups redoublent à la porte, vous vous résignez, après avoir pressé ‘Snooze’, à aller voir qui vient vous déranger un samedi matin, au paragraphe 14.

18. Le scout se tient bien droit devant vous, comme investi d’une mission, et vous tend avec l’air le plus militaire que peut prendre un enfant de huit ans, un petit papier plié en 12. Vous le dépliez, puis le re-dépliez, puis le re-re-dépliez et le re-re-re-dépliez encore :

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 25 février 2012

Avec 161 €, on peut :

Acheter une dizaine de disques à Universal…
Ou trois cartouches de clopes à la Seita…
Ou un forfait remonte-pente pour 6 jours aux Deux-Alpes…
Ou quinze litres de glace Häagen Dazs Macadamia nut brittle…
Ou deux petits pots de crème de jour multi-régénérante-lift-anti-rides-toutes peaux chez Clarins…

Ou partir 3 jours avec 50 membres d’AudioFanzine au Musikmesse de Francfort, soit le plus grand salon mondial dédié à l’audio, à l’éclairage et aux instruments de musique, le tout logé dans un hôtel 4 étoiles.

Evidemment, pour la même somme, vous pouvez toujours acheter un pot de crème multimachin, 7 litres de glace et un paquet de clopes : chacun fait comme il veut… Mais sachez juste que le 22 mars au soir, lorsqu’à la fin de R.I.S. Police scientifique ou de Blue Bloods, vous aurez donné le dernier coup de cuillère dans le dernier pot de glace et écrasé la dernière cigarette de votre paquet (vous qui ne fumiez pas jusqu’alors), vous risquez d’avoir une terrible déconvenue en vous rendant compte, soudainement, que malgré le génie scientifique de Clarens, vous avez des rides : Là. Là. Et là aussi…

Pendant ce temps-là, en Allemagne, 50 AFiens tout aussi ridés, mais heureux, boiront une bière en parlant musique et en se remémorant cette fameuse troisième semaine de février où Red Led s’est mis en tête de publier quatre bancs d’essai, et non des moindres : celui de la basse Sterling Ray 34 CA, celui des plug-ins Portico de Steinberg, celui de la banque de samples Apocalypse Percussion Ensemble et celui, surtout, du Jupiter-80 de Roland.

Et vous aurez sur ces tests bien des choses à dire, mais vous ne pourrez les dire à personne parce que vous ne serez pas là, tout bêtement. Juste parce que vous n’avez pas osé cliquer sur ce lien…

Avouez que c’est rageant, tout de même, ce rendez-vous manqué avec un bon souvenir.

Aussi rageant que d’attendre le test de l’Arturia Minibrute qui devrait débouler dans le courant de la semaine prochaine, test que notre Synthwalker national a tout particulièrement soigné.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 18 février 2012

Ce n’était pas à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. Non. Mais ce n’était beaucoup moins loin non plus : au-delà des vastes plaines et des plateaux herbeux de l’Est, par-delà les forêts séculaires, à ce point d’horizon que les cigognes ne semblent jamais pouvoir atteindre, au-delà de Krondor, au-delà du Mordor : Francfort.
Une ville étonnante qui entretenait les contrastes les plus singuliers : d’un côté, le futurisme anguleux des buildings, tout en verre et béton,  au bas desquels feulaient les plus modernes berlines,  et de l’autre, la douceur pastorale de ces troupeaux de saucisses paissant paisiblement dans le lointain, sous le regard bienveillant de géants en sandales. Francfort était tout cela, ce précipité d’Allemagne contemporaine… Mais c’était aussi et surtout un lieu de pèlerinage pour tous ceux qui avaient reconnu dans le ‘Ut queant laxis resonare fibris…’ de Paul Diacre l’appel d’une foi particulière : les musiciens.
Chaque année au printemps s’y tenait le plus formidable des salons consacrés à l’audio, à l’éclairage et aux instruments de musique : le Musikmesse. Une foire à nulle autre pareille où s’étendait sur des kilomètres carrés tout ce que l’homme avait inventé de plus ingénieux pour habiller d’un peu d’harmonie le silence existentiel. Il y avait là des guitares de toutes formes, des pianos de tous bois, des batteries de toutes tailles et des projecteurs de toutes couleurs. Et il y avait les musiciens surtout, les grands, les petits, les pros, les débutants, hommes, femmes et enfants de toutes nationalités qui, une fois dans l’année, pouvaient parler la même langue dans cette Babel accueillante : ‘Ut queant laxis resonare fibris…’.
Enfin bon, je vous rassure : il y avait aussi des chevelus pour faire saigner les amplis, des DJ pour pulvériser les boomers, des batteurs pour faire cracher les crashes, et des électroniciens ou des informaticiens, lunettes sans monture, calvitie naissante et pull marron rentré dans un pantalon de velours côtelé, pour présenter leurs compresseurs, EQ et préamp pour les uns, et leurs plug-ins pour les autres…
Bref, un Musikmesse, quoi! Comme celui de mars prochain. Auquel – et c’est surtout là que je veux en venir – vous pouvez vous rendre avec nous pour la modique somme de 161 €, transport en car et hôtel 4 étoiles compris (zéro bénef là-dessus, je le précise).
Pourquoi viendriez-vous ? Parce que le car est déjà réservé, qu’il y a 47 places à remplir et que, tout de même, bien qu’Internet soit un foôormidable outil de communication, c’est aussi bien de se voir pour de vrai, fusse pour envahir l’Allemagne. Moi j’y serai en tout cas. De sorte qu’il ne reste déjà plus que 46 places. Will Zégal aussi y sera : 45… Bref, ne tardez pas à aller sur cette page pour nous faire le plaisir de vous joindre à la fête. On vous attend.
A présent que vous avez vérifié dans votre agenda et dans l’œil de votre compagne ou compagnon qu’effectivement, le 22 mars prochain, vous pourriez peut-être vous permettre une escapade outre-Rhin, voyons les articles de la semaine : du léger et du virtuel.
Le léger, c’est ce petit ampli guitare signé Yamaha : idéal pour jouer dans un car, par exemple. Quant au virtuel, c’est du lourd au contraire, avec Reason 6 d’un côté, le séquenceur signé Propellerhead, et MachFive 3 de l’autre, le sampler virtuel selon MOTU et qui nous revient plus en forme que jamais. Avec tout ça, j’ai presque oublié de vous dire qu’on organise un voyage pour le Musikmesse de Francfort. Mais bon, on ne va pas en faire tout un édito, non ?
Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.
Los Teignos
From Ze AudioTeam