Edito du 23 février 2013

Tandis que certains eurosceptiques gardaient les yeux braqués sur ce fameux plombier polonais qui, armé de sa clé anglaise, finirait tôt ou tard par ôter le pain de la bouche des Français, nos amis britanniques viennent tout juste de découvrir que c’est en fait le cheval roumain qui a pris le boulot de la vache dans les barquettes de cuisine italienne surgelées par des Français pour le compte d’une multinationale suédoise, la viande ayant été acheminée dans l’Aude par le sous-traitant néerlandais d’un trader chypriote.

Edito du 23 juin 2012

Ce qu’il y avait d’amusant lors des dernières élections présidentielles comme législatives, c’est qu’entre les méchants banquiers qui font la vilaine dette, les terribles terroristes qui font l’affreuse insécurité, et le chômage qui fait des misères au pouvoir d’achat, on a complètement occulté les questions d’environnement qui étaient pourtant la grande thématique des élections présidentielles précédentes.

Edito du 17 décembre 2011

Tandis que Google a besoin d’un quart de centrale nucléaire pour alimenter ses serveurs en électricité, Zlatko Salaj, un croate de 67 ans probablement énervé par la préservation de l’environnement, vient de mettre 1,2 million de guirlandes électriques dans son jardin à l’occasion des fêtes de fin d’année. Pendant ce temps-là, le pays qui détient le pouvoir ancestral de l’andouillette AAAAA s’angoisse sur l’idée que ses banques vont peut-être perdre leur triple A, ce qui pourrait être gênant dans ses rapports de force avec le pays qui a inventé le triple K. Si vous aussi vous faites de la musique pour donner un sens à tout cela, vous êtes le bienvenu dans cette newsletter.

A deux semaines d’une fin d’année préapocalyptique si l’on en croit le calendrier maya (un genre de calendrier des pompiers à cette différence près que les chatons ne sont pas dans des paniers mais sur des autels sacrificiels), je vous propose de vous concentrer sur trois questions essentielles : la qualité de la réverb dont vous disposez, le moyen de vendre votre musique sur Internet et enfin la façon dont on s’y prend pour enregistrer live une section de cuivres en studio.

Et comme les choses sont bien faites, je peux même vous fournir trois éléments de réponse à ces questions : le premier avec le test de la BReverb 2 d’Overloud, le second avec un dossier de Freegh sur la distribution numérique, et le dernier avec le troisième épisode de notre série de vidéos consacrées à Georges Massenburg.

Le mieux, c’est que vous pourrez lire ça depuis votre ordinateur ou votre téléphone portable, vu que la version mobile d’AF avance à grands pas et permet désormais de surfer sur les forums et de participer aux discussions du site.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine. Ou avant…

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 10 septembre 2011

Cette semaine, j’ai trois nouvelles à vous annoncer : une bonne pour les musiciens, une bonne pour le PIB français et les possesseurs de 4×4, et enfin une très mauvaise pour l’ensemble de la planète.

Je commence par la mauvaise planétaire, histoire de finir ensuite sur une note optimiste : on a trouvé une belle quantité de pétrole au large de la Guyane Française, ce qui, n’en doutons pas, nous promet à plus ou moins courte échéance une jolie marée noire qui ruinera malencontreusement la mangrove bordant le littoral. Détruire la mangrove, rappelons-le, c’est détruire l’un des plus riches et importants écosystèmes qui soient, et prendre une belle option sur la mort de cette forêt amazonienne qu’on appelle le Poumon du Monde, et donc, sur le réchauffement climatique.

Toutefois, ce qui pourrait sembler être une mauvaise nouvelle en est aussi une bonne puisque Total possède 25 % du champ de forage : youpi cocorico donc, puisque grâce à cela, on va pouvoir continuer d’importer par avion des fruits et légumes bioéquitables de l’autre côté du globe, et de mettre de l’essence dans nos 4×4 climatisés, si pratiques pour voir de haut les embouteillages lorsqu’on est en ville, et toiser les pauvres qui roulent en Twingo et râlent, pour leur part, sur ces motards qui ne respectent rien…

Certes, si vous ne possédez pas de 4×4 et que vous n’êtes pas actionnaire chez Total, il se peut que la dimension heureuse de l’actualité vous échappe. Mais comme vous êtes abonnés à la newsletter d’AudioFanzine et que vous êtes probablement un peu musicien, je compte sur ma deuxième bonne nouvelle pour vous faire plaisir : les MR8 Mk II.

De quoi s’agit-il ? D’enceintes de monitoring signées Mackie. Sont-elles les meilleures du monde ? Certainement pas. Mais à un peu plus de 500 € la paire, elles remettent simplement les pendules à l’heure sur l’entrée de gamme des moniteurs 8″. Or, en vis-à-vis de ces enceintes qu’on aurait vendues 1300 € il y a encore quelques années, force est de constater que pour n’importe quel matériel utile au musicien, l’entrée de gamme fait ces temps-ci de remarquables progrès : c’est vrai pour les ordinateurs évidemment, mais ça l’est aussi pour les micros, les préamplis, les guitares et leurs amplis, etc. Bref, le matos de qualité n’a jamais été aussi accessible, même si – ne nous le cachons pas – nous n’aurions jamais eu accès à tout cela sans pétrole pour importer ce matériel construit pour un coût dérisoire en Asie, au prix de quelques arrangements, il est vrai, avec notre amour presque inconditionnel des droits de l’homme. Alors ? Vous voyez que la Guyane, c’est aussi une bonne nouvelle…

Et c’est sans parler des logiciels qui, eux aussi, donnent accès à toujours plus de choses : outre la chouette réverb à convolution d’EastWest, j’en veux surtout pour preuve le Klanghaus de Best Service qui vous met à la tête d’instruments virtuels totalement inédits… De fait, si d’un côté l’homme semble travailler avec beaucoup d’application à sa propre destruction, il ne fait aucun doute qu’il a l’intention de le faire en musique. Et ça, c’est ce qu’on appelle le panache.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 4 juin 2011

Par décision du tribunal de Rungis ce jeudi 2 juin 2011, la société AudioFanzine et son éditorialiste Los Teignos ont été reconnus coupables de diffamation à l’encontre du concombre espagnol. En guise de dommages et intérêts, ils ont été condamnés à verser chacun un euro symbolique au ministère de l’agriculture espagnol.

 

Pas fier, que je suis. Et au « J’accuse » aveugle de la semaine dernière, je ne vois pas d’autre suite à donner qu’un « J’avoue » plein d’humilité. Oui, comme tous les salauds de journalistes de mon espèce, j’ai sombré dans l’anticucurbitacisme primaire, jetant l’opprobre sur l’une des plus nobles crudités qui soient. Et oui, je l’ai fait au mépris de la présomption d’innocence, au mépris de tous les idéaux républicains qui énoncent pourtant clairement que tous les légumes naissent libres et égaux en droit, même lorsqu’il s’agit de fraises du mois de novembre, même lorsqu’il s’agit de bananes bioéquitables arrivées de l’autre bout du monde dans les soutes de 747 consommant à peine 12 000 litres de kérosène par heure de vol (de là à penser que le fruit exotique bio est une stupidité sans nom, il n’y a qu’un pas).

Si vous saviez comme je me dégoûte d’avoir dit ça. C’est au point que je suis allé racheter les stocks de concombres de tous les supermarchés du coin pour leur rendre, du haut de la Tour Eiffel, la liberté. Et croyez-moi, c’est beau un lâcher de cucurbitacées… Oh, pardon, pardon, pardon !

Pardon d’avoir entretenu une rumeur qui associe désormais le concombre à tous les maux de l’humanité : ici, on dit qu’il y aurait de l’ADN de concombre sur l’oreiller de DSK dans sa chambre au Sofitel, là on prétend que Georges Tron les fumerait et c’est jusqu’à Luc Ferry qui accuse on ne sait trop qui de faire on ne sait trop quoi avec, murmure-t-on, peut-être, des concombres…  Pauvre légume qui, aussi frêle soit-il, sert à présent de leurre pour détourner l’attention des plus lamentables crimes qui soient…

Du coup, je me sens dans l’obligation de me racheter, et comme souvent, c’est par la musique en général, et par la vôtre en particulier, que passera mon salut. Au moins être utile à cela, en espérant qu’au jour du jugement dernier, on m’accordera que j’ai plus fait pour les musiciens que contre les végétariens. Et pour bien entamer cette tentative de réhabilitation, ce ne sont pas moins de trois articles que je vous propose, et du public pour vos concerts lors de la prochaine fête de la musique.

On commence avec le test de la seconde version de Torq, le logiciel de DJing d’Avid qui semble très bien placé en termes de rapport qualité/prix. On poursuit avec le banc d’essai du Broadway Lites de SONiVOX MI, soit une banque de cuivres  toute à fait recommandable si l’on en croit Sleepless, et on finit avec le mixage en douze étapes, un dossier signé Craig Anderton et qui, s’il ne fait pas dans la recette, n’en constitue pas moins un bon point de départ pour apprendre le difficile art du mixage…

Au-delà de ça, je vous avais promis du public pour vos concerts. Et c’est par là qu’il arrivera : www.fete-musique.com. Qu’est ce que c’est ? Un agenda concert dédié à la fête de la musique et qui permet – on est assez fier de la chose, d’associer un fichier MP3 à votre annonce de concert pour que les visiteurs aient un avant-goût de ce qui les attend. Réalisée en partenariat avec Noomiz, la chose a le bon goût de tourner sous toutes les plateformes, y compris les téléphones portables, et peut même être intégrée en 10 secondes chrono sur votre blog, votre site ou votre page Facebook via le widget qui va bien.

Remarquez, si vous préférez tuer des arbres, vous pouvez toujours imprimer le programme officiel du ministère de la Culture. Tant que vous ne touchez pas aux concombres, moi ça me va…

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 28 mai 2011

L’espèce humaine n’avait rien vu venir : elle craignait le nucléaire, les ouragans, les tremblements de terre ou les tsunamis, elle redoutait le virus Ebola, le SIDA et se méfiait même d’elle-même depuis que Hobbes avait établi que l’homme est un petit chaperon rouge pour l’homme. Mais si prudente qu’elle fût, elle était loin de se douter que, quelque part, posé benoitement sur un étal entre les grappes de tomates et les bottes de radis, bercé par les cris d’un vendeur rougeaud hurlant à la cantonade la beauté des endives ou le prix des poireaux, son plus terrible prédateur attendait son heure : le concombre.

Tuer cinq personnes quand on est un homme, c’est déjà faire preuve d’un certain talent pour le meurtre. Mais quand on est une cucurbitacée d’une trentaine de centimètres tout au plus, inutile de dire que ce genre de palmarès vous classe directement dans le cercle très fermé des armes de destruction massive, catégorie légumes.  Et comme le concombre en question est aussi espagnol que la grippe qui ravagea l’Europe en 1918, on comprend que Zapatero ne soit pas complètement rassuré d’abriter un tel produit du terroir. Après tout, d’autres se sont fait envahir pour moins que ça… C’est d’autant plus inquiétant que la firme américaine Monsanto, célèbre pour ses OGM et pour avoir désherbé le Vietnam à grands coups d’Agent Orange à la glorieuse époque où les scouts faisaient des feux de camp au Napalm, vient tout juste de breveter une nouvelle race de melon, autre cucurbitacée en apparence inoffensive. Une coïncidence peut-être, ou le début de la guerre froide version légume, ou chacun tente de mettre au point la cucurbitacée la plus destructrice qui soit. Et les bazookas de cracher des aubergines. Et le cornichon de remplacer la balle de calibre 7,62 dans les Kalachnikovs. Et Amora de relever le plat du groupe Dassault, délocalisé à Cavaillon pour l’occasion…

Steak ou pastèque ?  Telle sera donc la question shakespearienne qui se posera à chaque repas désormais, coincés que nous sommes entre le concombre espagnol  et la grippe aviaire. La seule issue ? Le champignon. Pas le nucléaire, celui de Paris, la morille, le pleurote ou encore le cèpe. Ce qu’il y a de bien avec les champignons, c’est que ça pousse dans les endroits humides et sombres, soit l’environnement parfait pour faire de la musique. Vous ne me croyez pas ? Demandez donc à Shanka, guitariste de No one is innocent, de vous raconter l’enregistrement et la production de ‘Nothing in this world’ : une batterie dans une cave, y a que ça de vrai ! La (grosse) vidéo produite par Avid sur le sujet vous attend ici…

Et puis quoi d’autre ? Laurel et Hardy version instruments de musique : soit la Raging 5H d’Eagleton, une petite tête d’ampli au prix plancher, et le Minimoog Voyager XL, LE gros synthé analogique qui tue. Et les oreilles et le compte en banque.

Et après ça, que vous restera-t-il à faire ?  Hum… Peut-être répéter pour la prochaine fête de la musique, histoire d’être prêt dans 3 semaines… Et puisqu’il n’est pas de bon concert sans bon public, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’en partenariat avec Noomiz, AudioFanzine vous propose un agenda concert grand luxe à l’adresse www.fete-musique.com. Pourquoi grand luxe ? Parce qu’en plus de pouvoir y annoncer votre concert, vous pouvez même uploader une compo à vous pour que les visiteurs aient un échantillon de ce qu’ils vont entendre. Bref, même s’il reste quelques petits réglages à faire sur le truc, c’est déjà rudement sympathique : comptez sur moi pour vous en reparler…

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam