Edito du 23 février 2013

Tandis que certains eurosceptiques gardaient les yeux braqués sur ce fameux plombier polonais qui, armé de sa clé anglaise, finirait tôt ou tard par ôter le pain de la bouche des Français, nos amis britanniques viennent tout juste de découvrir que c’est en fait le cheval roumain qui a pris le boulot de la vache dans les barquettes de cuisine italienne surgelées par des Français pour le compte d’une multinationale suédoise, la viande ayant été acheminée dans l’Aude par le sous-traitant néerlandais d’un trader chypriote.

Continue reading « Edito du 23 février 2013 »

Edito du 3 décembre 2011

En ces temps de mondialisation et de citoyendumondisme, il conviendrait de le rappeler : un allemand n’est jamais rien d’autre qu’un français qui serait né de l’autre côté de l’Alsace.

Avec des chaussettes sous ses sandales, soit. Mais à ce détail près et l’absence totale de béret sur sa tête ou de baguette de pain sous son bras, convenons-en : l’allemand est un français comme les autres.

Du coup, presque 30 ans après que Mitterrand ait pris la main de Kohl, on ne peut être que sidéré par la promptitude avec laquelle certains de nos politiciens ressortent les vieux dossiers qui font peur, au gré d’allusions plus ou moins fines. Ici on évoque Bismarck, là on parle de « diktat », et on ne s’étonnera pas si, dans quelques jours, on en vient au vrai fond du problème franco-allemand, le plus douloureux épisode de l’histoire commune à ces deux peuples : la sortie d’Harald Schumacher sur Patrick Battiston en demi-finale de la coupe de monde de football en 1982. Le destin tragique de Maxime Bossis, la coupe de cheveux tragique de Dominique Rocheteau, les cannes de serin de Michel Platini à cette époque où l’EPO n’existait pas… Et mon père de relever mon visage ruisselant de larmes pour m’asséner cette terrible vérité : « Les règles du football sont simples. C’est un sport qui se joue à 22, avec un ballon sur une pelouse. Et ce sont toujours les Allemands qui gagnent… Mais t’inquiète pas, on aura notre revanche en 86… »

Ich weiß nicht, was soll es bedeuten,
Daß ich so traurig bin…

Le hasard faisant bien les choses, c’est dans ce climat un peu tendu diplomatiquement qu’AudioFanzine vous propose justement d’envahir l’Allemagne. Pour deux jours seulement, certes, mais tout de même. Chaque année se tient en effet à Francfort le Musikmesse, qui n’est autre que le plus gros salon mondial lié à l’audio et aux instruments de musique. Et chaque année, une partie de l’équipe d’AF fait le voyage pour vous ramener des news fraiches en direct de la manifestation.

Or, tant qu’à y aller à 5, autant y aller à 50. Avec un bus loué pour l’occasion. Et dormir deux nuits dans une auberge de jeunesse à 10 mn à pieds du machin…

Pour savoir ce que vous en pensez, on a même mis en ligne un sondage, qui sert par ailleurs de liste d’inscription. Oui, ce sera payant. Non, AF ne fait aucun bénéfice dans l’affaire. Et oui, les premiers inscrits seront les premiers servis.

Allez donc vite à cette adresse pour nous dire ce que vous en pensez…

Une fois que c’est fait, rendez-vous ensuite sur la page d’accueil d’AudioFanzine où vous attendent le test des amplis Hiwatt Tube Series pour guitare, celui de la batterie électronique Yamaha DTX540K et surtout, surtout, le deuxième épisode de notre reportage vidéo ‘In studio with George Massenburg’. Cette semaine, le maître nous entretient de la prise de son d’un ampli guitare, d’un chanteur et d’une cabine Leslie.

C’est toujours aussi intéressant, c’est toujours aussi sous-titré et non, je ne sais pas si Massenburg a des origines allemandes. Mais bon, l’américain est un allemand comme les autres, non ?

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine… ou plus tôt.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 19 novembre 2011

Hadopi 1 vous a fait peur.

Hadopi 2 vous a fait rire.

Alors réjouissez-vous, car Hadopi 3 va sortir.

Avec l’exaltation d’un Francis Lalanne qui expliquerait les mérites du 4-4-2 sur le plateau d’un Marc-Olivier Fogiel, notre président l’a affirmé haut et fort au forum d’Avignon sur la culture : le streaming, c’est pas bien. Le streaming, c’est caca. Le streaming, c’est des méchants voleurs de propriété intellectuelle qui tuent l’art et les artistes, et qui égorgent probablement des petit chatons avec des couteaux à beurre Tupperware en poussant des rires tonitruants de maîtres du monde. Et qu’est-ce qu’on leur fait aux voleurs ? On leur fait Hadopi 3 !

A cet instant, un éclair aura sans doute zébré le ciel dans un grondement assourdissant, et l’on imagine bien le frisson qui a dû parcourir l’auditoire à l’annonce de ce cri de guerre, digne de celui d’Harry Potter au moment de croiser la baguette avec Lord Voldemort, cependant que dans les ténèbres au-dessus des têtes, le mot ‘LOL’ s’écrivait en lettres de feu.

LOL ?

Oui, LOL ou ‘mort de rire’ si vous préférez car, dans son empressement à défendre un dossier qu’il ne maîtrise sans doute que sur le petit bout de l’auriculaire, notre président aura juste oublié de préciser que c’est au streaming illégal qu’il entendait s’attaquer. Ce qui n’a pas manqué de froisser Martin Rogard, DG de Dailymotion, qui a déclaré :  » Suite aux propos du PR ce matin, je confirme que Dailymotion arrête le streaming pour passer à l’envoi de DVD. »

LOL encore parce qu’une bonne partie des sites permettant ce streaming illégal sont situés en Asie en général, et en Chine en particulier. Et comme en matière de droits, notamment ceux de l’homme, le mieux qu’on ait réussi à faire avec les Chinois, c’est de leur faire organiser les Jeux olympiques, on peut rester assez dubitatif sur les moyens d’action d’Hadopi 3. A moins que, comme le suggérait déjà il y a quelques mois Numérama, tout ne se fasse en France : qu’on mette des sondes chez les fournisseurs d’accès à Internet pour analyser les communications privées entre un serveur et un client et, si cela s’avère nécessaire, qu’on bloque l’accès au site en question. Comme en Chine donc.

Cela dit, cette aspiration totalitaire rendra peut-être la candidature de la France plus attractive pour les prochains Jeux olympiques. Qui sait ? Et puis, si la France devenait une dictature, il y a fort à parier qu’elle ne soucierait plus de la liberté d’expression, et donc des droits d’auteurs. Du coup, il n’y aurait plus de piratage du tout et Megavideo installerait ses serveurs dans l’hexagone plutôt qu’en Chine. Ensuite, près d’un siècle plus tard, il y aurait une révolution pour restaurer la démocratie. Et un type un peu moins imbécile que les autres trouverait la solution pour endiguer le piratage via le streaming : « Et si on faisait enfin un service de VOD qui tienne la route techniquement et qui propose autre chose que des blockbusters de merde, avec des VO sous-titrées et à des prix qui soient enfin raisonnables ? ». Et ce type serait président. Et les petits chatons lui mangeraient dans la main…

Ce que je sais, moi, en tout cas, c’est que sans le streaming, je ne serais pas en mesure de vous proposer l’un des plus beaux contenus jamais réalisés par AudioFanzine : un entretien avec George Massenburg, qui nous détaille son placement de micros pour la prise de son d’une batterie. Comment ça, vous ne savez pas qui est George Massenburg ? Bandes d’incultes ! Sans parler des 200 disques qu’il a enregistrés, mixés ou produits pour les plus grands, c’est juste l’inventeur de l’égaliseur paramétrique. Un type qui sait de quoi il parle donc, et qu’on écoute avec d’autant plus de plaisir qu’il est aussi humble que savant.

Maintenant, si tout ce qui vous intéresse, c’est de taper sur des pads ou des pédales d’effets pour guitaristes, j’ai aussi ce qu’il vous faut en rayon avec le test de la Maschine Mikro de Native Instruments, et celui des overdrives et compresseurs Maxon.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 12 novembre 2011

Miam ! En ce jour binaire du 11/11/11, on apprend qu’Universal, toujours gravement touché par la crise et poussé au bord du gouffre par ces salopards de gosses qui téléchargent de la musique illégalement, vient de gober EMI pour la bagatelle d’1,4 milliard d’euros, mettant ainsi la main sur les catalogues de Virgin, Capitol, Parlophone et Blue Note, entre autres…

Continue reading « Edito du 12 novembre 2011 »

Edito du 29 octobre 2011

100 miyards ! 100 miyards d’euros ! Oui, ça fait beaucoup d’argent… Mais ce sera loin, très loin d’être suffisant pour éponger la dette qu’a contractée le Monde auprès de la Grèce.  Ce serait l’inverse ? Non, j’insiste : la Grèce ne doit rien à personne, parce tout le monde lui doit beaucoup beaucoup plus que des milliards de milliards d’euros.

Sans même parler du carré de l’hypoténuse, du nombre Pi, du théorème de Thalès ou de la géométrie euclidienne  qui vous replongeraient un peu trop douloureusement dans le programme de maths de 4e, sans même m’attarder sur Hippocrate, le père de la médecine, Théophraste, celui de la botanique, Leucippe, celui de la chimie ou sur Aristote, père d’à peu près beaucoup trop de choses pour qu’on puisse les citer dans un mail de moins de 2 Go, sans même m’attarder sur Socrate, et Platon, et Hésiode, et Homère, et Diogène, et Epicure, et Sophocle, sans même m’attarder sur tous ces gens en chiton donc, je me souviens.

Je me souviens que notre sens du beau, du juste ou du rationnel, à nous occidentaux, a été forgé dans ce petit pays. Tout comme la démocratie que nous chérissons. Je me souviens qu’à peu près tous les mots les plus intéressants de la langue française ont une racine grecque, et je me souviens surtout, lorsque j’accorde une guitare (comme l’excellente Mustang de la série Pawn Shop, par exemple), que les douze notes qui font toute la musique que j’aime, elles ne viennent pas du blues, comme le croient Johnny ou Nikos Aliagas, mais de Pythagore.

Alors bon, 100 milliards, à l’heure où toute idée se monnaye, où tout propos se copyrighte, avouez que c’est finalement peu cher payé comme licence d’utilisation de notre monde moderne. Et puis je vois mal comment on pourrait reprocher aux Grecques d’être dans une telle mouise, dans la mesure où si quelques sangliers bon marché suffisaient à sustenter Toutatis et Belenos, c’était une autre paire de manches que d’avoir une centaine de Dieux de l’Olympe tous les jours à table, au prix où étaient le nectar et l’ambroisie… Et c’est sans compter les factures d’eau et d’électricité atteignant des montants astronomiques à chaque fois que Zeus et Poséïdon, un peu bourrés en fin de repas, se mettaient à refaire la cosmogonie…

Plus simple mais pas moins intéressant que ces antiques querelles, on préfèrera pour cette semaine s’intéresser à la discussion de deux mortels, et non des moindres : Bénédicte Schmitt et Dominique Blanc-Francard, deux grands ingés son français qui, au sein d’une vidéo tournée par Avid à l’occasion de la sortie du dernier Pro Tools, évoquent leur expérience en studio. Si vous êtes DJ et qu’il y a trop de faders pour vous là dedans, pas de panique, j’ai ce qu’il vous faut : la Pioneer DJM-T1, une console deux voies conçue pour piloter Traktor Scratch. Bref, tout ce qu’il faut pour mixer Demis Roussos et Vangelis.

Με αυτό, καλή εβδομάδα και την επόμενη εβδομάδα.

Λος Teignος
Από την Ομάδα Ήχου Ze

(Oui, bon, d’accord : c’est Google Trad et la plupart d’entre vous ne parlent pas plus grec que moi mais je suis persuadé que vous avez compris où je voulais en venir)

Dirty job

Une semaine. Il n’aura fallu qu’une semaine pour voir les Etats Unis passer du « Yes, you can » au « No, you Kahn’t », sans qu’on sache vraiment s’il ne s’agit là que d’une affaire de mœurs, d’un bug de Google Trad qui aurait traduit ‘Sophie Tel’ en ‘Call Girl’ sur le smartphone de DSK, d’un petit règlement de compte politique ou bien, au-delà de tout ça, d’un mouvement offensif sur l’échiquier de la finance mondiale. Il est difficile en tout cas de se concentrer sur la seule piste du talentueux économiste présidentiable qui serait en fait un violeur compulsif, surtout lorsqu’on a vu Inside Job, l’édifiante enquête de Charles Ferguson sur la crise financière  de 2008, Oscar 2011 du meilleur documentaire. Un film de 2 heures autrement plus instructif sur les enjeux de l’affaire DSK qu’une semaine de direct sur BFM TV où un envoyé spécial posté devant un tribunal confirme, toutes les 10 minutes, qu’effectivement, il ne se passe rien mais qu’il reprendra le direct si jamais il se passe quelque chose, restez avec nous, ne zappez pas…

Voir ce film donc, et pour se changer les idées (mais ce ne sera pas facile), aller prendre un peu d’air du côté musical, soit en vous précipitant directement sur votre instrument, votre séquenceur ou votre platine, soit en faisant un petit détour par AudioFanzine où vous attendent, comme à l’accoutumée, 3 articles : un dossier de Craig Anderton sur l’importance des enceintes dans le mastering, le banc d’essai des plug-ins Midnight Compressor et Midnight EQ de Focusrite, et enfin le test du Rhizome de Feeltune : une bécane innovante capable d’en remontrer au Live d’Ableton et qui, soulignons-le sans trop de cocoriquisme, est française. Youpi ? Youpi.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 26 mars 2011

A l’heure où j’écris ces lignes, il est des hommes qui meurent pour libérer leur pays du joug d’un dictateur, il est des hommes qui se font irradier au beau milieu des décombres d’un séisme, il est des dirigeants italiens qui font des partouses avec des mineurs et même des candidats aux élections françaises qui font des saluts nazis sur leur page Facebook… Je sais tout ça.

Mais il y a des choses beaucoup plus graves dans le monde.

La Food and Drug Administration envisagerait en effet d’inscrire le nombre de calories contenues dans chaque boîte de pop-corn vendue dans les cinémas américains. Dit comme ça, ça n’a l’air de rien, mais, croyez-moi, on tient peut-être là le battement d’aile du papillon qui précipitera la chute de la civilisation occidentale.

Réfléchissez un peu : dès qu’ils prendront conscience que chaque boîte de pop-corn contient 1600 calories, soit l’équivalent de trois Big Mac, ces salauds de gens (oui, ces salauds, je n’ai pas peur de le dire quitte à me faire poursuivre pour insulte aux gens) refuseront d’en manger, soit pour ne pas devenir obèses, soit pour arrêter de l’être. Et quand on sait qu’une boîte vendue 6 $ coûte 20 cents à la production, on mesure l’ampleur de la catastrophe économique qui nous attend. Ce sont d’abord les producteurs de pop-corn qui disparaîtront, puis dans leur sillage, les cultivateurs de maïs, suivi de près par les salles de cinéma, les fabricants de moissonneuses batteuses, et suivant la théorie des dominos, tous les agriculteurs. Plus de pop-corn, plus de salle. Plus de salle, plus de spectateur. Plus de spectateur, plus de film. Plus de film, plus d’industrie du cinéma. Et le tsunami n’épargnera personne : plus d’obèse, plus de médicament contre l’obésité. Plus de médicament, plus d’industrie pharmaceutique et donc plus de médecine. En voulant allonger l’espérance de vie de quelques-uns, on aura condamné toute l’humanité.

Car ne croyez pas que le phénomène se cantonnera aux États-Unis : quand il ne se fera plus un seul film aux USA, sur qui Luc Besson pompera-t-il ses films ? Et vu qu’il produit à lui seul la moitié du cinéma français, que croyez-vous qu’il adviendra de nos cinéastes de terroir, et des musiciens qui composent leur bande originale de film ? Quid de Taxi 28 ? Des bronzés 4 ? D’Asterix 12 ? Quid ?

En vérité je vous le dis : soyez plus fins que les autres, et économisez les 230 € que coûte un compteur Geiger pour stocker dès à présent des médocs, du maïs et des DVD de Taxi, car ce sont là des denrées qui manqueront bientôt. Et en 30 après P.C., vous raconterez à vos enfants ou vos petits enfants comment un minuscule grain de maïs soufflé a grippé les rouages de l’énorme machine occidentale. Et quand ils vous demanderont ce que vous avez fait pour éviter ça, vous baisserez les yeux : vous ne vous rendiez pas compte, et tout à votre égoïsme créatif, vous aviez passé ce fameux week-end du pop-corn à buller sur AudioFanzine, un site Internet du temps où il y avait encore des ordinateurs parce qu’il y avait encore de l’électricité…

Pour y lire quoi d’ailleurs ? Des futilités sur une section de cordes virtuelles signée Native Instruments, sur une pédale de Fuzz pour basse, ou sur les moyens pour lutter contre le souffle et le bruit dans vos enregistrements.

Devant vous s’étalera l’horizon dévasté de ce qui fut autrefois une ville, la noirceur de la suie criblée çà et là de braseros au feu pâle. Un des enfants s’approchera de vous et, remarquant vos yeux imperceptiblement embués, il risquera d’une petite voix :

« Tu penses à quoi ?

– A une phrase qu’un type disait avant tout ça…

– C’était quoi ?

– Je ne me souviens plus bien, mais je crois que c’était un truc du genre « Sur ce, bon week et à la semaine prochaine… » »
Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 10 avril 2010

« Alors, c’est quoi le buzz cette semaine?

– Le buzz? C’est le ramdam!

– Et c’est quoi le ramdam?

– Ben le buzz, ni plus ni moins.

– Je comprends rien à ce que tu dis !

– Ce que je dis, c’est qu’à l’issue du concours Francomot visant à défendre la langue française des vilains anglicismes qui ne cesse d’y fleurir depuis l’essor d’Internet, on a décidé de franciser le mot ‘buzz’ en ‘ramdam’. Ce qui est drôle, c’est que ‘ramdam’ est issu du mot arabe ‘ramadan’, et fut inventé au 19e siècle par les colons français pour décrire le vacarme des musulmans à la tombée de la nuit pendant le mois de jeûne.

– En somme, on se défend de l’impérialisme anglais en célébrant la mémoire de notre colonialisme à nous?

– C’est un peu ça…

– Hum… Et c’est quoi le ramdam cette semaine?

– Ben pas mal de trucs : c’est d’abord Digidesign, M-Audio et Sibelius qui changent de nom pour s’appeler Avid par exemple.

– Oui, mais encore?

C’est les Français d’Ohm Force qui lancent un projet de séquenceur collaboratif.

– Pas mal, pas mal.

– Et les articles?

– C’est la grande foire du rapport qualité/prix cette semaine. D’abord avec le HT Club 40, un ampli à lampes signé Blackstar et qui vaut très largement ses 650 €. Ensuite avec le Pre-73 de Golden Age Project, un préampli micro vraiment bien et vraiment accessible puisque situé sous la barre des 300 €.

– Blackstar et Golden Age Project? Tu veux dire Etoile Noire et Projet de l’Age d’Or?

– T’as tout compris. Il ne te manque qu’une couverture sur les genoux et une flaque d’urine sous ton fauteuil pour entrer à l’Académie Française.

– Ca a de la gueule comme projet. Je me vois déjà sous la coupole, en train d’écouter un colloque sur les zaricots ou sur l’attribut du sujet. Là, je me pencherais tout doucement sur l’épaule en Chanel de Simone Weil. Elle serait complètement nue sous ses vêtements et, dans le creux de l’oreille, je lui dirais…

– Tu lui dirais quoi?

– Je lui dirais « Bon week et à la semaine prochaine… » »

Los Teignos
From Ze AudioTeam