Fin de révolution

Rien de nouveau sous le soleil. Rien de nouveau autour non plus : dans quelques jours, notre vieux véhicule bleu aura achevé sa révolution sous les rais d’une étoile indifférente et dans un parfait silence. La chose ne changera pas grand-chose à cette échelle, mais en s’approchant un peu jusqu’à pénétrer l’atmosphère, on commencera à entendre le tumulte qui règne ici-bas, du tonnerre qui déchire la nuit au chant des oiseaux à l’aube, des icebergs qui s’effondrent dans l’océan au vent qui s’engouffre dans les canyons, des cris de douleur des pays qu’on envahit aux hurlements de joie des pays qu’on libère, des sanglots pour saluer l’homme qui meurt aux rires pour accueillir l’enfant qui nait, de la déflagration d’une bombe aveugle au silence opaque et incrédule qui lui succède…

Continue reading « Fin de révolution »

Edito du 2 janvier 2010

Il y a des filles et des garçons, jeunes, vieux, noirs, jaunes, blancs, beurs, des gros ou maigres, rasés, chevelus, la raie sur le côté ou hirsutes, des lève-tôt qui croisent des couche-tard, qui gardent toujours la tête sur les épaules ou l’ont toujours dans le cul, des qui votent à gauche, à droite ou ne votent pas, drôles comme tristes, heureux ou en colère, tour à tour géniaux ou cons, doutant de tout et ne doutant de rien, il y en a même un qui se demande si on ne lui reprochera pas de dire des gros mots dans son édito de la nouvelle année…

Continue reading « Edito du 2 janvier 2010 »