Edito du 21 avril 2012

3 filles, 7 garçons, filmés 7 jours sur 7 pendant un mois. A 24 heures du Prime Time et deux semaines de la finale, ils auront tout donné : les grands idéaux, les discours emphatiques, les petites phrases assassines, les coups bas… Ils auront dit avec le plus de ferveur les discours qu’on leur aura écrit, serré des mains, goûté des produits du terroir, embrassé des joues d’enfants, caressé des chiens, chanté des hymnes et applaudi depuis des scènes de gala ceux-là mêmes qui, en contrebas, les applaudissent et crient leur nom, remplis d’espoir. Et puis ils auront surtout dit ce qu’ils comptaient faire pour que ceci change ou, au contraire, que cela soit maintenu, chacun choisissant un motif de peur mobilisateur, chacun désignant un bouc-émissaire sur lequel il suffirait de taper pour conjurer la peur, le salaud de riche ou le salaud d’étranger, l’Europe ou la Chine, celui qui était au pouvoir il y a 6 mois ou celui qui gouvernait il y a 30 ans, avec plus ou moins de nuance et de retenue, soulignant l’urgence d’une situation préoccupante mais pas désespérée, si l’on sait se ressaisir : « Votez pour moi. »

Et il faudra voter, quoi qu’on en pense, ou quoi qu’on n’en pense pas.

Ne serait-ce qu’en mémoire des Voltaire et Rousseau,  qui en d’autres temps tracèrent les grandes lignes d’un pays dont la destinée serait aux mains de ses habitants, ne serait-ce qu’en mémoire de ces millions d’hommes et de femmes morts pour avoir voulu tenir ces mêmes lignes depuis plus de 200 ans, sur une plage de débarquement, dans une tranchée ou un maquis. Et si ce n’est voter en pensant à ces gens, voter en pensant juste à soi et à cette musique que l’on aime, parce ce qu’il suffirait que plus personne ne ressente le devoir de voter pour qu’on en perde le droit, et que dans nombre de pays où l’on ne vote pas, la musique est interdite, l’artiste pourchassé, emprisonné, exécuté. Voter en pensant à Victor Jara, donc, et à la belle erreur 404 que vous auriez en allant sur www.audiofanzine.com si la France devait un jour revenir au chaos politique, parce que vous vous doutez bien qu’un site de musiciens, ça passerait pour une association de malfaiteurs, une guitare pour une arme de destruction massive, un arpège pour un pamphlet.

Et ce serait sacrément dommage de se priver du petit site bleu, car on n’aurait plus accès alors au test de la platine Gemini CDJ 700, ni à ceux du sympathique EQ logiciel EQuick ou de la banque de sons Vivace. Pire : on ne pourrait plus relire le test du synthé virtuel Diva qui, si l’on en croit Sleepless, marque un vrai tournant en terme de qualité dans l’émulation des synthés analogiques. Voltaire aurait adoré, je pense. Zadig? J’en suis sûr!

Sur ce, bon vote et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Moi je dis : ça se partage !

0 commentaire

Laisser un commentaire