Né en 1868 et mort en décembre 1944, Paul Otlet était belge : pas le genre de belge à propos duquel on raconte des histoires de frites lorsqu’on est un français abonné à Télé Z, non. Plutôt le genre de belge dont on aurait rêvé qu’il soit français, tout comme Jacques Brel ou René Magritte, pour avoir l’air un peu moins stupides en racontant nos histoires de frites. Et pourquoi Paul Otlet d’abord ? Parce que non content d’avoir co-inventé la Classification Décimale Universelle qui est aux bibliothécaires ce que la Thérorie de la Relativité est aux astronomes, ce belge là avait eu, dès 1934, l’intuition d’Internet. Rien de moins.

En bon humaniste, il l’avait d’ailleurs pensé non comme un moyen de communication entre des bases militaires façon Arpanet, ni même comme un énorme supermarché façon Google, mais comme un immense réseau destiné à produire et diffuser la culture et la science, imaginant avant tout le monde des concepts aussi révolutionnaire que l’e-book, la liseuse numérique façon Kindle, l’encyclopédie universelle à la Wikipedia ou encore la logique de consultation hypertexte. Bref, du belge de gros calibre qui nous ramène au formidable projet qu’est Internet à la base : un réseau favorisant la culture et l’échange.

 

Si je vous parle de ça, c’est parce qu’après des années à avoir entendu qu’un bon ordinateur pour faire de la musique était un ordinateur déconnecté d’Internet, il semblerait que les choses changent :d’après le petit sondage que nous avons réalisé à cette adresse et auquel je vous invite grandement à participer, il semblerait que 3 musiciens sur 4 utilisent désormais une machine connectée au réseaux des réseaux pour faire de la MAO. Et on s’en félicitera d’autant plus que dans le sillage de l’utopiste Paul Otlet, les français d’Ohm Force ont tout récemment publié la version beta du premier séquenceur collaboratif en temps réel : si le logiciel sera évidemment testé et critiqué par notre équipe lorsqu’il sortira en version finale, il n’en demeure pas moins déjà une formidable promesse sur ce qu’Intenet peut apporter à la création en abolissant la distance entre les artistes.

Tant qu’à être connecté à la grande bibliothèque du web, ne manquez pas d’ailleurs de vous arrêter au kiosque AudioFanzine parce qu’en vis-à-vis du test de l’ampli Super Champ X2 de Fender, le toujours très exigeant sleepless a tenu à accorder un Award à chacun des deux tests qu’il signe cette semaine : celui de la banque de cordes LA Scoring Strings 2, et celui du synthé virtuel Iris d’Izotope.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam