Tandis qu’en Espagne, on rationne les écoliers en papier toilette pour lutter contre la crise, tandis qu’un grec sur 4 est au chômage, tandis qu’on évalue à 4 millions par an, dans le monde entier, le nombre de femmes et de fillettes achetées et vendues à un mari, un proxénète ou un marchand d’esclaves, tandis qu’un terrien sur 7 va se coucher ce soir le ventre vide et tandis que la marque Glace Rare Iceberg Water vend, au prix de 18 €, des bouteilles d’eau d’iceberg pour qu’on en finisse une bonne fois pour toutes avec la calotte glacière, en France, pendant ce temps-là, on n’a pas forcément beaucoup plus d’idées que de pétrole, mais on a des débats sur l’adoption par les couples homosexuels. Et sur l’impact psychologique que la chose pourrait avoir sur les enfants adoptés.

Une question bien vaste pour de bien petits chiffres en réalité puisqu’on estime à moins d’1% de la population le nombre de gens se déclarant homosexuels en France et qu’on dénombre moins de 2000 adoptions dans ce même pays en 2011, dont la quasi-totalité en provenance du Tiers Monde. Au vu de ces données, on se rendra compte d’abord que ce gros débat théorique ne concerne qu’une poignée d’enfants en pratique. Je sais, c’est décevant, mais ça au moins le mérite de focaliser l’attention de tous sur le bonsaï qui cache la forêt, à l’heure où le grand incendie de la crise galope droit sur le fourré de Bambi.

A la lueur de ses données, et sans pour autant avancer une réponse à cette question qui aurait captivé Freud et Lacan, on se permettra aussi de reformuler le fond du problème : est-il mieux pour l’équilibre psychologique d’un petit cambodgien de vivre avec deux hommes ou deux femmes dans un des pays les plus riches du monde, ou est-il préférable qu’il demeure malnutri dans un orphelinat de bambous en prenant bien garde de ne pas trop jouer au ballon sur une mine antipersonnel ? Et le petit haïtien qui aura vu sa famille ensevelie dans le séisme de 2010, ou le petit éthiopien qui à seulement 4 ans a déjà enterré ses frères et sœurs puis ses parents à cause du palu ou de la famine, de quoi pensez-vous que souffrira son équilibre psychologique ? De ce qu’il a déjà vécu, ou du terrible futur qui l’attend en France : de l’eau courante en regard d’un frigo plein, des bougies sur un gâteau d’anniversaire et des cadeaux au pied d’un arbre scintillant de lumière, pendant que papa et papa ou maman et maman se roulent une galoche sur fond de Tino Rossi ? Je le dis bien honnêtement, je n’ai pas d’avis tranché sur le sujet car, étant au moins aussi homophobe que je suis hétérophobe, je me pose de sérieuses questions sur l’équilibre psychologique de gens qui possèdent des disques de Tino Rossi et qui les font écouter à des enfants.

Du coup, je ne vois qu’une façon, certes populiste, de sortir du débat avec une réponse claire : proposer deux référendums.

Le premier pour demander aux gamins ce qu’ils en pensent. Et ne me dites pas que le fait qu’il s’agisse de bambins étrangers est un problème. Ca ne doit pas être beaucoup plus compliqué que de faire voter des morts comme l’a fait Jean Tiberi lors d’élections parisiennes dans les années 90.

Et le second pour vous demander à vous si vous ne voudriez pas partir à Francfort, début avril, avec 44 autres membres d’AudioFanzine. Pourquoi Francfort ? Parce que c’est là-bas que se tient le Musikmesse, le plus grand salon européen consacré à l’audio, aux instruments de musique et aux éclairages et que, suite au succès du voyage organisé l’an dernier, nous remettons le couvert cette année : voyage en bus, trois nuits en auberge de jeunesse en plein centre-ville et entrée pour deux jours au fameux salon, le tout à partir de 271 €, avec la garantie qu’AudioFanzine ne fait aucun bénéfice sur l’opération, si ce n’est dans le plaisir de voir ses membres se rencontrer. On attend donc vos avis à cette adresse.

Un troisième référendum pour la route ? Non, j’ai mieux : un tribunal populaire ! Histoire de compléter de belle manière le test de la tête d’ampli basse BH250 de TC Electronic réalisé par notre David Lo Pat national, nous avons ainsi demandé à 7 membres d’AudioFanzine de nous donner leur avis sur la bête. Le tout fait l’objet d’une vidéo et vous attend ici.

Oui, je sais : vous vous en fichez car vous n’êtes pas bassiste. Mais vous serez peut-être plus intéressé alors par le test du triple piano virtuel Addictive Keys, ou encore par ce duel au sommet entre deux enceintes de monitoring : l’ ADAM A7X contre l’EVE SC207. Ambiance Kramer contre Kramer garantie ! Un match tendu au point qu’il faudra finir en toute détente avec ce qui n’est ni plus ni moins qu’un de plus beaux cadeaux que le Père Noël puisse vous apporter cette année. De quoi s’agit-il ? De Rocksmith, un jeu vidéo qui permet d’apprendre à jouer de la guitare ou de la basse en s’amusant vraiment, au point qu’il n’a pas volé son Award Innovation. Le genre de jeu à offrir à n’importe quel môme, même un orphelin, et ce, quelle que soit votre sexualité. Le genre de jeu à vous offrir à vous, parce que vous l’avez bien mérité après avoir lu ce long édito.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam