Rien de nouveau sous le soleil. Rien de nouveau autour non plus : dans quelques jours, notre vieux véhicule bleu aura achevé sa révolution sous les rais d’une étoile indifférente et dans un parfait silence. La chose ne changera pas grand-chose à cette échelle, mais en s’approchant un peu jusqu’à pénétrer l’atmosphère, on commencera à entendre le tumulte qui règne ici-bas, du tonnerre qui déchire la nuit au chant des oiseaux à l’aube, des icebergs qui s’effondrent dans l’océan au vent qui s’engouffre dans les canyons, des cris de douleur des pays qu’on envahit aux hurlements de joie des pays qu’on libère, des sanglots pour saluer l’homme qui meurt aux rires pour accueillir l’enfant qui nait, de la déflagration d’une bombe aveugle au silence opaque et incrédule qui lui succède…

Tout cela ne serait qu’un vacarme dépourvu de sens s’il n’y avait des hommes et des femmes pour se hisser au-dessus de la mêlée et faire de la musique de ce chaos. Et c’est cela aussi qu’on entend lorsqu’on écoute bien, l’oreille collée contre le sol. Le désordre n’est pas nécessairement plus évident après cela, mais il est déjà plus supportable, et il se peut même qu’on y entrevoie la beauté, au point de trouver de l’espoir et du sens dans les déserts les plus absurdes de notre histoire.

Plutôt que de vous présenter quelques voeux que ce soient, je tenais donc à vous remercier, vous musiciens, qui avez su rendre notre monde plus respirable une année encore quand ce dernier semble parfois proche de nous brûler les poumons. Quoi que nous réserve 2016, il me tarde d’ailleurs d’entendre ce que vous en ferez, en frappant des peaux, des cordes ou des pads, ou en projetant vos notes dans les grands espaces.

Évidemment, notre étoile n’en saura jamais rien, pas plus que les milliards d’étoiles qui l’entourent, mais pour la petite fourmi que je suis, vous êtes les titans de ce monde. Je vous salue bien bas, donc.

Sur ce, bon week et à l’année prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam