Dans la série « que sont-ils devenus ? », cela faisait longtemps qu’on était sans nouvelles des Beatles, petit groupe ayant connu un beau succès dans les années 60, et plus précisément de John Lennon, l’un de ses quatre membres les plus emblématiques, qui s’est montré particulièrement discret ces 35 dernières années. On est ravi de savoir en tout cas qu’une mèche de ses cheveux vient d’être vendue aux enchères de Dallas pour la rondelette somme de 35 000 dollars.

35 000 dollars pour une touffe de poils ? Oui. Et l’on se demande bien ce que l’acquéreur compte en faire. Des poupées Vaudou ? Un clone du musicien à partir de son ADN pour le mettre dans un parc d’attractions avec des dinosaures ? Ou juste une relique fétichiste pour soirée yéyé olé olé ? Mystère ! Mais vue la vilaine nature de cheveux de Lennon, les mauvaises langues soulignent déjà qu’il y avait mieux à faire avec une telle somme dans un monde qui ne manque ni de nécessiteux ni de gens à la capilarité soyeuse. Qu’ils ravalent leur bile toutefois, car l’intégralité du fruit de la vente devrait être reversée à la recherche contre les cheveux qui fourchent et qui cassent, deux fléaux qui touchent l’humanité depuis des millénaires mais dont l’OMS, hélas,  se désintéresse totalement, laissant à L’Oréal le lourd fardeau de nous délivrer de cette malédiction.

De son côté, Paul McCartney n’en pense pas grand-chose, trop occupé qu’il est à composer les micromusiques qui accompagneront bientôt les émoticônes de Skype, le logiciel de messagerie de Microsoft, bouclant la boucle des générations : les grands-parents se sont roulés des galoches sur Yesterday et les petits enfants se loleront bientôt sur du Macca aussi ! Un sujet à propos duquel Ringo, jamais avare de commentaires, aurait déclaré : « Hein ? ».

Vu l’état de la pop, vous comprendrez en tout cas que je veuille vous emmener sur les territoires plus éloignés de la Dance Music, avec l’interview de Klaus Hill, l’un des pontes du domaine qui prend le contrepied de pas mal de ses confrères sur tout un tas de sujets, du mixage au casque jusqu’à la loudness war.  Mais c’est surtout côté test que la semaine s’avère chargée, avec pour commencer un beau comparatif entre quatre consoles numériques : la Yamaha 01v96i, la PreSonus StudioLive 16.4.2 AI, l’Allen & Heath Qu-16 et la Behringer X32. Un micro à brancher dedans ? Pas de problème, je vous sors les abeilles à condensateur de Neat Microphones. Et les gratteux ne m’en voudront pas de leur proposer le banc d’essai d’Altered Delay, la pédale Obscura de Digitech.

Et c’est tout ? Oh que non ! Car j’ai l’immense plaisir de vous proposer deux vidéos par-dessus le marché, et de vous présenter à cette occasion deux petits nouveaux dans notre équipe : DJ M-RODE, turntabliste devant l’éternel et qui vous fait un test ultra-complet de la nouvelle platine vinyle Pioneer PLX-1000, et Locomotiv, six-cordiste venu nous épauler Red Led et moi-même pour le nouvel épisode d’On refait le patch, consacré au banc d’essai duMarshall Legends Bundle, quatre émulations d’ampli réalisées par Softube pour la plateforme UAD. Semaine chargée donc.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam