Skip to content

La pluie sur le ravin

Je me lève, je vois
que notre barque a tourné, cette nuit.
Le feu est presque éteint.
le froid pousse le ciel d’un coup de rame.

Et la surface de l’eau n’est que lumière,
Mais au-dessous ?
Troncs d’arbres sans couleur, rameaux
Enchevêtrés comme le rêve, pierres
Dont le courant rapide a clos les yeux
Et qui sourient dans l’étreinte du sable.

Yves Bonnefoy, Les Planches courbes

Published inPoésie

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *