Edito du 5 février 2011

Vous avez vu le dernier clip de Johnny ? Non ? Je vous résume alors : on y voit le chanteur entouré de son groupe et des deux coauteurs de son album dans un chouette studio d’enregistrement blindé de super matos (magnéto Studer, Telecaster, Gibson acoustique, etc.). Un truc certes un peu artificiel, avec drapeau américain en fond et zicos qui se tapent dans les mains à la fin, mais dont le minimalisme fait dire au magazine Voici : « on dirait une vidéo de bonus d’un DVD de tournée, rien de plus. On y voit Johnny Hallyday (…) en train de bosser en studio. Aucun intérêt. Même une pub Optic 2000 est réalisée avec plus d’imagination. Ou alors… Peut-être qu’on est passés à côté d’un truc. « 

Le truc en question, j’ai dans l’idée que c’est un mot de 7 lettres qui commence par MU et finit par SIQUE et qui, parce qu’il est rattaché à une certaine culture, échappe complètement à des grands reporters passant le plus clair de leur temps à enquêter sur la cellulite de Britney Spears ou les infidélités de Brad Pitt… Comme si le clip et ses plus talentueux réalisateurs, publicitaires pour la plupart, avaient le pouvoir d’apporter quoi que ce soit à la musique. Comme si le fait de voir un cheval courir au ralenti dans un cirque ou des cadavres sortir de leurs tombes pour faire une chorégraphie pesait sur la qualité d’une chanson. Comme s’il y avait, dans ce fatras d’images calibrées ou dans cette débauche de symboles piochés dans la Psychanalyse pour les nuls, quoi que ce soit de plus intéressant qu’une pub pour Optic 2000.

De fait, j’ai beau ne pas être le plus grand fan de Johnny, je me prends à rêver, à la vision de ce clip austère, qu’après avoir passé un bon nombre d’années à porter des cuirs à franges et des tee-shirts Harley Davidson pour donner des airs Wok’n’Woll Attitioude à la variétoche que lui composait Michel Obispoman, son phénoménal organe vocal enregistre enfin son tout premier album de rock… Et c’est vrai qu’avec son esprit Zepelinien et ses 4 minutes où Jojo parvient enfin à contenir son chant, ce ‘Jamais seul’ pourrait bien être le prélude d’un bon disque. A vérifier…

En attendant, quitte à passer pour un extraterrestre aux yeux des mecs de Voici (ce qui n’est pas non plus pour me déplaire), je regarde le clip en m’arrêtant toutes les 15 secondes pour voir la marque de telle guitare ou le positionnement des micros sur la batterie. Et puis après avoir consulté le prix d’un magnéto Studer en état de marche dans les annonces d’AudioFanzine, je retourne sur la page d’accueil du site pour voir ce qui s’y passe. C’est moins glamour qu’un clip de Mondino ou Sednaoui, mais c’est un tout petit peu plus intéressant musicalement parlant vu que Red Led s’est fendu d’un test du tout nouveau Cubase 6 et que cette mise à jour pourrait bien simplifier la vie de pas mal d’utilisateurs du séquenceur de Steinberg. De son côté, Sleepless nous fait la chronique de tous les pianos Tonehammer, sanctionnés à juste titre d’un Award Qualité/Prix. Un peu de pédago pour finir ? La tension d’offset, ça vous dit quelque chose ? A moi, non plus. Raison de plus pour que nous allions lire ensemble le dossier de Craig Anderton sur le sujet.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam.

Edito du 24 avril 2010

Dans un sympathique article intitulé ‘How Much Do Music Artists Earn Online?‘, le blog « Information is beautiful » nous apprend que pour gagner 1160 $, soit un peu moins de 870 €, un artiste américain doit :

  • Vendre 143 albums s’il les a pressés lui-même.
  • Ou bien en vendre entre 1161 et 3871 s’il est en deal avec une maison de disque.
  • Ou bien vendre 12 399 titres sur iTunes ou Amazon.
  • Ou encore faire l’objet de 4 549 020 écoutes sur Spotify.

Conclusion? La musique, il vaut mieux la faire qu’en vivre.

Certes. Mais au-delà de ça, on se demande presque si l’autoprod, avec tout ce qu’elle implique de bricolage et de bouts de ficelles, n’est pas la voie la plus intéressante de toutes celles qui s’offrent aujourd’hui au musicien. Ou pour le moins la plus gratifiante : ce n’est pas Satine qui dira le contraire, vu qu’avec l’aide d’une cohorte de bénévoles, le petit groupe français a réussi à autoproduire un grand concert et un gros DVD, au terme d’une incroyable aventure dont vous retrouverez le deuxième et dernier épisode à cette adresse.
Et puis quoi d’autre? Du test évidemment : celui du Spider Valve Mk II, l’ampli à modélisalampes cosigné par Line 6 et Bogner. On avait bien aimé le premier et je dois dire qu’on a encore été agréablement surpris par cette révision…

Et puis quoi d’autre? Un beau sondage-concours qui devrait débouler lundi sur le site, avec un très gros lot, offert par une marque qu’on trouve dans tous les studios professionnels mais j’en dis pas plus parce que le concept du concours qui commence un lundi c’est qu’on en parle pas le samedi ni même le dimanche bien que j’aie très envie de vous en parler mais ce serait gravement manquer de professionnalisme que de le faire alors tant pis dommage je n’en parlerai que dans le prochain édito.

Bon.

Et puis quoi d’autre?

Ben rien, si ce n’est bon week, et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 5 septembre 2009

Il aura fallu plus de deux mois pour enterrer Michael Jackson, plus de 40 ans pour rouvrir l’affaire Brian Jones et environ 5 minutes à Courtney Love pour autoriser un avatar de Kurt Cobain à chanter du Bon Jovi dans Guitar Hero 5. Si vous ambitionnez de devenir Rock Star, réfléchissez donc bien avant de mourir…

Côté matos en revanche, on a un peu moins de questions à se poser, que ce soit pour se payer un excellent petit ampli guitare à modélisation, ou encore un micro de premier ordre pour gratte acoustique, vu que ce sont les deux bancs d’essai au programme de cette semaine de rentrée sur AudioFanzine.

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam

Edito du 15 août 2009

Il y a des jours comme ça, des jeudis particulièrement, où tous les accords semblent mineurs, où les ballades solaires virent au requiem et où tous les phrasés tournent au blues. Des jours de guitare triste… Pourquoi triste ? Parce qu’après Leo Fender, c’est Les Paul, l’autre père  de la guitare électrique Solid Body qui vient de s’éteindre. Un type qui avait aussi, entre autres, inventé l’enregistrement multipiste…

Alors, qu’est ce qu’on fait ? Ben la même chose que pour le King of Pop : on sort sa Gold Top ou sa Black Beauty de l’étui, on met l’ampli sur 11 et on balance le plus gros Power Chord qui soit, histoire de montrer au silence que la musique n’est pas prête d’abdiquer.

Après ça, c’est sûr, le week-end sera bon, et on pourra se retrouver à la rentrée pour la suite.

Los Teignos
From Ze AudioTeam