On peut faire bien des choses entre deux tours :
Quand on est un homme politique en lice pour les élections présidentielles, on peut participer à un débat pour savoir si le bonnet blanc sera en définitive plus bleu que rouge… ou l’inverse du contraire, l’essentiel étant de ne pas être d’accord avec les propos scandaleux tenus par le camp opposé car, comme chacun sait, le camp opposé est un con.

Ou alors… Quand on est un homme ou une femme politique sorti au premier tour des élections présidentielles, on peut profiter au maximum de son exposition médiatique en clamant haut et fort qu’on est la seule opposition possible à ce système qui va décidément mal (sans quoi on aurait été élu), et en faisant croire qu’on est à la tête d’une armée qui n’attend qu’une consigne de vote pour faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre car, comme chacun sait, qui vote un oeuf vote un boeuf pour peu que l’oeuf lui dise de le faire…
Ou alors… Quand on s’est fait piquer par une araignée radioactive au point de sa balader en pyjama rouge et bleu quelle que soit la saison, on peut se tisser un hamac géant pour regarder, avec Mary-Jane, le soleil se coucher sur Manhattan tandis que, quelque part dans un égout humide éclairé à la bougie, le bouffon vert pousse un tonitruant « Mouhahahaha » face à une carte de New York sur laquelle vacille son ombre car, comme chacun sait, les bougies dans les films hollywoodiens produisent un éclairage vacillant d’à peu près 240 watts sur les cartes de New York.
Ou alors… Quand on est de petite taille avec de gros pieds velus, on peut tenter le GR20 de Mordor pour y balancer une breloque dans un volcan pompeusement nommé ‘La Montagne du Destin’. Ce n’est évidemment pas très écolo, mais vu qu’il faut se fader des légendes de nains et des chansons d’elfes pendant tout le voyage et vu que cette saloperie de montagne est si embrumée qu’on n’a aucune chance de voir cette vue imprenable sur Minas Morgul pourtant notée 3 étoiles dans le Guide Vert, on voit mal comment on pourrait nous reprocher de ne pas faire de tri sélectif en pensant à ce jour où, enfin éteint, le volcan assurera la minéralisation d’une eau précautionnement recueillie par l’industrie agro-alimentaire car, comme chacun sait, l’industrie en question tient à ce que nous soyons hydratés et minéralisés à hauteur d’1,5 litre par jour.
Ou alors… Quand on est un stratège russe, on peut avancer son fou en C4 pour mettre le roi noir en échec, comme dans la partie Fischer contre Karpov du 18 mars 1974, où les blancs gagnent en 16 coups seulement, grâce à une utilisation ô combien élégante des deux tours, et d’à peu près tous les autres pions de l’échiquier, même si, comme chacun ne le sait pas, Fischer et Karpov n’ont jamais joué l’un contre l’autre, ou alors au jeu des 7 familles, bien qu’il s’agisse là d’une rumeur probablement colportée par la FIJSF…
Ou alors, enfin… Quand on est musicien, on peut se dire qu’entre ce week-end et le 1er mai, il y a moyen de jeter un oeil aux cinq articles de la semaine publiés sur AudioFanzine : le test de la guitare électrique Pacifica PAC611HFM de Yamaha, celui de la surface de contrôle Djam Ultimate de DJinnseries, ou encore celui de l’étonnant cloneur d’ampli de Kemper, une machine qui risque de remettre pas mal de Podules à l’heure… Remarquez qu’avant de racheter un ampli, vous pourriez bricoler l’ancien, en transformant le potard Mix de votre boucle d’effet en Master Volume par exemple. C’est simple à réaliser et ça ne coûte quasi rien, mais j’ai encore moins cher : un reportage au studio Alhambra-Colbert de Rochefort, siège de Cristal Records. Des gars passionnés dans un chouette lieu : ça devrait pouvoir se lire en attendant que la pluie cesse…
Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.
Los Teignos
From Ze AudioTeam
PS : La Fédération Internationale du Jeu des Sept Familles ! Que vouliez-vous que ce soit ?