Il était un instrument dont le son était plus doux encore que celui de la flûte, plus chaud que celui du violoncelle, plus noble que celui du hautbois, et dont le timbre faisait résonner l’âme plus qu’aucun orchestre ne saurait jamais faire résonner une cathédrale. Et cet instrument était son propre musicien, qui s’est éteint au crépuscule de cette année 2012, à l’âge de 90 ans : Jean Topart.

Car en marge de sa carrière d’acteur au théâtre, au cinéma ou à la télévision, Jean Topart était aussi une voix. Une voix si singulière et habitée qu’elle aurait pu rendre la lecture du bottin intéressante si elle n’avait pas préféré enregistrer des lectures de grands classiques de la littérature et de la philosophie. Mais Jean Topart était encore le narrateur de Belphegor, la voix de Zeus dans Ulysse 31, la voix off de nombreuses publicités ou documentaires et le doubleur français de quantité d’acteurs, à commencer par le Salieri de Milos Forman dans Amadeus. Une voix qu’on réécoutera comme une madeleine, et dont les inflexions si particulières démontrent, si besoin était, que de la lecture d’une simple phrase peut surgir la musique.

Une voix à écouter ici pour un dernier moment de quiétude avant que ça recommence.

Quoi qui recommence ? L’année évidemment ! Vu que les mayas nous ont accordé du rab de temps, on ne va pas trop se faire prier pour le vivre pleinement. Et tant qu’à faire, pour le vivre en musique. Or, histoire de bien commencer l’année, ce sont deux armes de création massives qui vous sont proposées en test sur AudioFanzine cette semaine :la nouvelle version du Maschine de Native Instruments et la septième version du Cubase de Steinberg. Deux belles opportunités en tout cas de dépenser tout cet argent que vous n’avez plus depuis les fêtes de fin d’années…

Sur ce, bon week et à la semaine prochaine.

Los Teignos
From Ze AudioTeam